Or d’ici : Lussat, Lépaud, Auge et Chambon-sur-Voueize vont rendre leur avis sur le renouvellement du permis de la Cominor

C’est un moment clef du permis minier qui se joue en ce moment même : le renouvellement demandé par Cominor-La Mancha.

Au creux de l’hiver, alors que la Creuse est engourdie …

Alors que l’organe de presse du groupe LVMH, vient de servir  la soupe des lobbies miniers, en annonçant dans son article de « lesechos.fr », l’abandon du permis minier

Le ministère de l’économie a demandé au préfet de la Creuse de lancer l’instruction du renouvellement du PER de Villeranges !

La préfecture de la Creuse attend les avis des maires des communes visées par le nouveau permis minier qui concerne désormais : Lussat, Lepaud, Auge et Chambon sur Voueize, soit une surface de 34 Km² ( 3 400 hectares ). Elles ont  jusqu’au 10 février pour s’exprimer sur le sujet.

Le périmètre du nouveau permis minier, toujours aussi près de l’Étang de Landes !

Nouveau perimetreCominor-La Mancha a déposé, le 17 juillet 2016, sa demande de renouvellement de son permis de recherches de mines d’or et d’arsenic, pour 3 ans, auprès du ministère de l’économie.

La société minière déclare vouloir réaliser les forages à grande profondeur, (jusqu’à 450 mètres) qu’elle a été dans l’impossibilité de faire, à cause, selon elle :
– de la « désinformation » distillée par les collectifs opposés au projet (?!) ;
– de la sécheresse ;
– des conventions que les propriétaires des terrains concernés ont refusé de signer ;
– de la restructuration de la société, et pour cause, elle multiplie les fusions et les projets de mines d’or en Afrique de l’ouest : Mali, Cote d’ivoire, Burkina Faso … et en Australie.

De plus, la Cominor déclare avoir estimé, le seul gisement des Farges, à 18,92 tonnes d’or … ce qui représente au cours actuel de l’or, environ  700 millions d’euros. Et tout cela, grâce à un traitement informatique des données initialement recueillies par Total Compagnie Minière après 9 ans de recherche effective dans les années 1980 !  Attention, cette nouvelle estimation est invérifiable puisque la Cominor n’a transmis qu’un tableau de ses résultats et ne donne pas plus de détails sur sa méthode de calcul. N’oublions pas que c’est une opération banale dans le secteur des mines de « surévaluer » les gisements afin de « charmer » les éventuels investisseurs et les pouvoirs publics.

N.B. : Les parrains du projet Creusois, Dominique Delorme et Sébastien de Montessus sont tous deux impliqués dans l’affaire Uramin, des gisements d’uranium « surévalués », 2 milliards de perte sèche pour Areva, évaporés en rétrocommissions, vers des comptes offshores  …

Enfin, l’instruction du dossier est lancée alors que la réforme du code minier est en cours, le rapporteur de la loi devant la commission du développement durable annonçait sans scrupules le 17 janvier 2017 : « il s’agit de purger en une seule fois tous les risques de recours et de réduire les délais d’instruction et de mise en œuvre des titres miniers. L’objectif est clair, il n’y en a pas d’autre …  sécuriser les compagnies minières. »


Pour obtenir plus de détails sur les informations de renouvellement que nous avons pu recueillir, n’hésitez pas à nous contacter : contact@stopmines23.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *