Comme un bruit qui court retourne en Guyane, avec celles et ceux qui font de la forêt un champ de bataille.

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

 

Les Amérindiens se battent pour défendre la forêt dont ils vivent

Les Amérindiens se battent pour défendre la forêt dont ils vivent © Radio France / Giv Anquetil
Nous vous avions fait entendre le mois dernier les voix de guyanais mobilisés contre des grands projets extractivistes qui menacent l’environnement.Et si la mine industrielle Montagne d’or (en plein cœur de la forêt tropicale) est toujours dans le collimateur de 70% des habitants, on célèbre ces jours-ci en Guyane la victoire par abandon sur Total et son forage off-shore, qui vient de jeter l’éponge après 100 millions d’euros dépensés en prospection.

On retourne cette semaine dans ce paradis vert, cette fois avec les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent.

Les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent
Les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent © Radio France / Giv Anquetil

Dans son abattis, sa parcelle cultivée sur brûlis avant d’être rendue à la forêt pour 30 ans, Franck Nénesse pratique l’agroforesterie en utilisant les cycles naturels et les savoir-faire traditionnels pour que les sols ne s’épuisent pas. Cécile Kouyouri, première femme devenue chef coutumier voilà 21 ans, nous reçoit dans son petit village de Bellevue, où elle a réussi à imposer une « Zone de droits d’usage collectifs » (ZDUC) pour un autre usage communautaire de la forêt et du monde.

C’est aussi le message que porte une nouvelle génération d’Amérindiens réunis dans les Jeunesses Autochtones de Guyanes (JAG), dont fait partie Christophe Yanuwana Pierre que l’on retrouve près de Saint Laurent du Maroni.

Pour la reconnaissance officielle des peuples autochtones
Pour la reconnaissance officielle des peuples autochtones © Radio France / Giv Anquetil

Alors qu’environnement et climat peinent à devenir des priorités pour le monde développé, toutes et tous partagent –comme Jean Paul Fereira, le maire Kali’na d’Awala-Yalimapo, l’idée que le « retard » en développement de la Guyane est peut-être une chance pour prendre d’autres voies. Plutôt que de répéter les mêmes erreurs – climaticides – qui ont échoué ailleurs.

Un reportage de Giv Anquetil

Et le focus

Martelage et syndicalisme : les agents forestiers défendent leur métier et leur mission d’intérêt général face aux restrictions budgétaires.

La bibliographie

Guide Guyane 2019/2020, Philippe Boré, aux éditions des Curieux de nature d’Amérique du Sud
« Guyane, trésors et conquêtes », Revue Z, numéro 12, 2018

Programmation musicale

« Malawni » – Master Rick
« Oyékomato » – T+Waleke
Focus :   Lescop – La Forêt