Archives pour la catégorie Presse

Pollution minière : les habitants vivant à proximité de milliers de sites s’inquiètent face à un possible scandale sanitaire

En France, des milliers d’anciens sites miniers pollués aux métaux lourds inquiètent les habitants alentour, parfois atteints de graves maladies. Quelles responsabilités ? Quelles solutions ?

À lire aussi sur Franceintvinfo ➡
(Isabelle Souquet – franceinfo – Radio France, le 06-05-2017)

Mines d’or en Creuse : population et élus disent non

L’or de la Creuse continue de faire polémique. Quatre communes, situées dans le périmètre de recherche du minerai, ont jusqu’au 10 février 2017 pour faire connaitre leur avis sur un nouveau permis demandé par la société Cominor. Mais déjà, des élus expriment leur opposition.

voir le reportage de France3 Régions

——————————————-

Or d’ici : Lussat, Lépaud, Auge et Chambon-sur-Voueize vont rendre leur avis sur le renouvellement du permis de la Cominor

C’est un moment clef du permis minier qui se joue en ce moment même : le renouvellement demandé par Cominor-La Mancha.

Au creux de l’hiver, alors que la Creuse est engourdie …

Alors que l’organe de presse du groupe LVMH, vient de servir  la soupe des lobbies miniers, en annonçant dans son article de « lesechos.fr », l’abandon du permis minier

Le ministère de l’économie a demandé au préfet de la Creuse de lancer l’instruction du renouvellement du PER de Villeranges !

La préfecture de la Creuse attend les avis des maires des communes visées par le nouveau permis minier qui concerne désormais : Lussat, Lepaud, Auge et Chambon sur Voueize, soit une surface de 34 Km² ( 3 400 hectares ). Elles ont  jusqu’au 10 février pour s’exprimer sur le sujet.

Le périmètre du nouveau permis minier, toujours aussi près de l’Étang de Landes !

Nouveau perimetreCominor-La Mancha a déposé, le 17 juillet 2016, sa demande de renouvellement de son permis de recherches de mines d’or et d’arsenic, pour 3 ans, auprès du ministère de l’économie.

La société minière déclare vouloir réaliser les forages à grande profondeur, (jusqu’à 450 mètres) qu’elle a été dans l’impossibilité de faire, à cause, selon elle :
– de la « désinformation » distillée par les collectifs opposés au projet (?!) ;
– de la sécheresse ;
– des conventions que les propriétaires des terrains concernés ont refusé de signer ;
– de la restructuration de la société, et pour cause, elle multiplie les fusions et les projets de mines d’or en Afrique de l’ouest : Mali, Cote d’ivoire, Burkina Faso … et en Australie.

De plus, la Cominor déclare avoir estimé, le seul gisement des Farges, à 18,92 tonnes d’or … ce qui représente au cours actuel de l’or, environ  700 millions d’euros. Et tout cela, grâce à un traitement informatique des données initialement recueillies par Total Compagnie Minière après 9 ans de recherche effective dans les années 1980 !  Attention, cette nouvelle estimation est invérifiable puisque la Cominor n’a transmis qu’un tableau de ses résultats et ne donne pas plus de détails sur sa méthode de calcul. N’oublions pas que c’est une opération banale dans le secteur des mines de « surévaluer » les gisements afin de « charmer » les éventuels investisseurs et les pouvoirs publics.

N.B. : Les parrains du projet Creusois, Dominique Delorme et Sébastien de Montessus sont tous deux impliqués dans l’affaire Uramin, des gisements d’uranium « surévalués », 2 milliards de perte sèche pour Areva, évaporés en rétrocommissions, vers des comptes offshores  …

Enfin, l’instruction du dossier est lancée alors que la réforme du code minier est en cours, le rapporteur de la loi devant la commission du développement durable annonçait sans scrupules le 17 janvier 2017 : « il s’agit de purger en une seule fois tous les risques de recours et de réduire les délais d’instruction et de mise en œuvre des titres miniers. L’objectif est clair, il n’y en a pas d’autre …  sécuriser les compagnies minières. »


Pour obtenir plus de détails sur les informations de renouvellement que nous avons pu recueillir, n’hésitez pas à nous contacter : contact@stopmines23.fr

Visionnez le documentaire « Mine de Rien »

14 janv. 2017 — Médiacoop lance un pavé dans la mare avec son film « Mine de Rien » désormais intégralement accessible en streaming gratuit.

un documentaire de 53 mn à partager le plus largement possible !

Le film enquête sur « le renouveau minier français » en prenant pour exemple le projet de recherche minière de Couflens dans le secteur de l’ancienne mine de Salau.

Affiche - Mine de Rien [1024x768]

Les réalisateurs ont enquêté pendant 2 ans sur le problème de l’amiante à Salau, le business de l’exploitation minière, les différents conflits d’intérêt, les enjeux politiques, sociaux, environnementaux et sanitaires .

Et voici le résultat ………. la vérité doit enfin se savoir !

Visiter le site de Mediacoop

Nouveau rapport : mines et forages en France, un renouveau extractif discret mais bien réel

amis-de-la-terre

Nouvelle proposition de loi sur le code minier déposée à l’Assemblée nationale (1), rejet d’une demande de prolongation de permis de gaz de schiste dans le Sud-Ouest (2) : la question extractive semble refaire surface en France. En réalité, elle n’a jamais été enterrée et notre territoire est quadrillé de permis : tout est prêt pour une relance minière et pétrolière, lorsque le contexte économique et politique sera de nouveau favorable, dans un futur peut-être proche. C’est ce que révèle le nouveau rapport que publient aujourd’hui les Amis de la Terre France : « Creuser et forer, pour quoi faire ? Réalités et fausses vérités du renouveau extractif en France » (3). Il décrypte la situation réelle du secteur extractif français, et démonte un à un les faux arguments qui sont martelés pour promouvoir une relance et obtenir l’acceptabilité sociale de ces projets aux lourds impacts sociaux, environnementaux et climatiques.

Lire la suite . . .

arton2

Le rapport : Creuser et forer, pour quoi faire ?

pdf

 

 

Les lobbies miniers veulent un code juridique qui les arrange

Article REPORTERRE du 21/11/2016 - Isablle Lévy & Claude Taton

Le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a déposé une « proposition de loi portant adaptation du code minier au droit de l’environnement ». Elle a été retirée juste avant le week-end du 19 novembre 2016. Tant mieux, car, expliquent les auteurs de cette tribune, les modifications prévues allaient faciliter l’exploitation du sous-sol et compliquer les recours contre celle-ci.

Lire la suite . . .

Salle comble pour la réunion de rentrée anti-mine

img_0113

Ce mardi 13 septembre 2016, c’est dans une ambiance chaleureuse et survoltée que de nombreux citoyens opposés au projet minier de Villeranges se sont retrouvés à Chambon-sur-Voueize, lors de la réunion de rentrée StopMines23.

Depuis 2013, la population et les élus locaux ont multiplié leur opposition massive et publique à ce  permis « d’exploration » minière qui vise à l’ouverture de la mine que l’entreprise Total s’était vue refusée en 1997 par le gouvernement en place, après 9 ans de recherches abouties dans les années 1980.

Le 17 juillet dernier, la multinationale La Mancha-Cominor a demandé le renouvellement de son permis exclusif de recherches (PER) pour 3 ans au ministère de l’Économie et l’Industrie et du Numérique. Mr Delorme, porte-parole de l’entreprise, avait pris soin de laisser planer le doute quant à la pérennisation du projet.

Continuer la lecture de Salle comble pour la réunion de rentrée anti-mine 

La Cominor annonce le renouvellement de son permis de « recherche » de Villeranges

France Bleu Creuse, 07-2016

 

A lire aussi :

Festival Stop Mines : une résistance festive. L’Echo de la Creuse, 07-2016

Article L'ECHO lundi 25 juillet 2016

Recherche d’or en Creuse : Cominor vise une prolongation de trois ans. France Bleu Creuse, 07-2016

Le projet de mine d’or n’est pas enterré, la société Cominor a refait surface. La Montagne, 22-07-2016

Plougonver. Le festival des Luttes ancre la résistance

Ouest-France,

plougonver-le-festival-des-luttes-ancre-la-resistance

La première édition du festival organisé par le collectif breton Douar Didoull a trouvé son public. Trois jours de débats et animations pour lutter contre les projets miniers de la région.

« Pas un coup de pioche, pas une carotte, par tous les moyens possibles ! » Tous réunis pour la première fois, au festival des Luttes, les collectifs bretons contre les projets miniers (Loc-Envel localement, Merléac, Silfiac…) ont réaffirmé avec détermination leur opposition. Leur réflexion a débouché sur une base de stratégie commune et des actions à venir.

Plus de 2 500 visiteurs

Lire la suite

à lire aussi : Festival des Luttes : pari gagné pour Douar Didoull. Ouest France, 08-2016