Archives pour la catégorie Non classé

Pollution à l’arsenic dans l’Aude: La surveillance sanitaire s’étend à tous les enfants de moins de 11 ans

La mine d'or de Salsigne, fermée en 2004 et soupçonnée d'être à l'origine d'une pollution à l'arsenic dans la vallée de l'Orbiel
La mine d’or de Salsigne, fermée en 2004 et soupçonnée d’être à l’origine d’une pollution à l’arsenic dans la vallée de l’Orbiel — PASCAL PAVANI / AFP

Depuis que la surexposition à l’arsenic d’au moins sept enfants de la vallée de l’Orbiel, dans l’Aude, a été dévoilée par leurs parents, les autorités semblent enfin avoir pris la mesure de l’inquiétude des populations qui vivent en aval de l’ancienne mine d’or de Salsigne  et de ses cinq dépôts de déchets.

Lire la suite

Le tribunal administratif de Toulouse annule le Permis de Salau, l’état veut faire appel…

Par décision du Tribunal administratif de Toulouse en date du 28 juin 2019, le Permis Exclusif de Recherche de Mine accordé le 21 Octobre 2016 à la société Variscan Mine SAS a été annulé. Communiqué de Presse du Tribunal Administratif de Toulouse ici :
http://toulouse.tribunal-administratif.fr/Actualites-du-tribunal/Communiques-de-presse/Mine-de-Salau-annulation-du-permis-exclusif-de-recherches-accorde-a-la-societe-Variscan-Mines

Le texte du jugement se trouve ici : http://toulouse.tribunal-administratif.fr/content/download/163741/1654298/version/1/file/1605772%20Jugement.pdf

NB : L’État veut faire appel de la décision du tribunal administratif et demander le sursis à exécution du jugement (?!!)

A lire aussi :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/justice-annule-permis-recherche-mine-salau-fond-opposition-miniere-occitanie-1692572.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ariege/foix/ariege-nouvelle-mobilisation-contre-reouverture-mine-salau-1696248.htm


Gilets jaunes à Limoges : charge policière et mensonges médiatiques

Publié le 24 juin 2019 | Mise à jour le 2 juillet

Mise à jour du 25/06/19 : Les deux arrêtés sont passés en comparution immédiate : huit mois de prison dont quatre mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans pour l’un et quatre mois avec sursis mise à l’épreuve avec l’obligation d’accomplir un travail d’intérêt général pour l’autre. Pas de mandat de dépôt. L’audience tendue est marquée par deux expulsions de la salle et une interpellation.

Samedi 22 juin avait lieu une manifestation/occupation au rond-point de Grossereix, la police a attaqué l’occupation et a arrêté 2 personnes, Le populaire s’est empressé d’écrire un article parlant de « rébellion » ou encore de « l’arrestation difficile d’un lanceur de palette » (sic) reprenant la version policière. L’article en ligne du populaire a été modifié suite au communiqué. Le collectif Gilets jaunes unis 87 revient sur ce nouvel évènement de violence policière :

Suite à l’article du Populaire du Centre du 23 juin 2019, intitulée « Un feu de palettes vire à la rébellion en marge de la manifestation des Gilets jaunes à Limoges », le collectif Gilets jaunes unis 87 apporte les précisions suivantes :
De nombreux éléments cités dans l’article ne correspondent pas à ce qui s’est produit ce 22 juin.
« Une échauffourée entre Gilets jaunes et manifestants » : quels manifestants ?
« Des flammes atteignant plusieurs mètres de haut » : ce n’était pas le cas.
« Des insultes contre les agents » (de police) : les policiers n’ont pas été insultés, « anticapitalistes » étant la dénomination des Gilets jaunes eux-mêmes.
La violence de l’intervention policières rend invérifiable ce qui est reproché à l’un des Gilets jaunes, l’explication réside sans doute dans le commentaire d’un policier qui a lancé « tolérance zéro pour les Gilets jaunes »

Lire la suite sur labogue.info

Dix engins de terrassement incendiés ce dimanche matin sur le chantier de serres à tomates de Rosiers d’Egletons (Corrèze)

C’est le gardien de l’incinérateur voisin, ce même incinérateur qui devra chauffer les 8 hectares de serres à tomates de type cathédrale, dont la mise en fonction est prévue pour fin 2019, qui a donné l’alerte.

Aux alentours de 5 heures, ce dimanche matin, il a remarqué une lueur suspecte au niveau des engins de terrassement stationnés sur ce chantier de 11 millions d’euros en cours sur la commune de Rosiers d’Egletons.

lire la suite


Pas de nucléaire, ni à Bessines ni à Bure ni au Niger

Un communiqué de revendication d’un sabotage sur la ligne ferroviaire de Bessines, sur laquelle transitent des déchets radioactifs, dans la nuit du 3 au 4 juin a été diffusé :

Pour un acte 30,
cette nuit, on sabote l’installation de la ligne du train qui approvisionne la décharge nucléaire de Bessines.
Areva a changé de nom mais produit toujours la même merde irradiée ici et ailleurs.
Cette entreprise participe du mouvement général de la société capitaliste qui amène le monde dans le mur.
On veut pas de nucléaire
nulle part
ni à Bessines ni à Bure ni au Niger

et puis oublie ton EPR.

à lire sur https://labogue.info/spip.php?article483

IA, 5G, Linky : innover pour aggraver la crise sociale et écologique

« L’intelligence artificielle en marche pour foncer dans le mur »

paru dans lundimatin#186, le 9 avril 2019

Comme nous l’écrivons dans un autre article, jeudi 9 avril, le député LREM Cédric Villani intervenait à l’école des Mines d’Albi à propos de l’économie numérique et de la société du Big Data. Sa performance fut cependant perturbée par des gilets jaunes tarnais a priori peu convaincus par les bienfaits de l’innovation technologique sur leur quotidien. En sus de leur adresse directe au député, nous reproduisons ici un texte d’analyse plus long à propos de l’importance des nouvelles technologies dans l’aggravation de la crise sociale et écologique actuelle. Lire la suite

« Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain… éternellement. »

23mars

« Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain… éternellement. »

Georges Orwell, 1984

Aujourd’hui à Nice, une manifestante de 71 ans a été très gravement blessée à la tête lors d’une charge de la police. Conformément aux consignes du gouvernement, les forces de l’ordre sont « allées au contact ». Elles ont attaqué les personnes qui commençaient à se rassembler. Elle s’appelle Geneviève. Elle portait un drapeau multicolore : « paix ».

Ce gouvernement éborgne des lycéens mineurs et blesse gravement des retraitées. Il y a du sang indélébile sur les mains du pouvoir.

N’oubliez pas cette image. C’est l’image du régime en place.

-Nantes Révoltée-

La situation des nappes phréatiques de la Creuse est très inquiétante

mercredi 20 mars 2019 à 18:51 Par Benjamin Billot, France Bleu Creuse

A cause des faibles précipitations de cet hiver, il y a très peu d’eau dans nos sous-sols, sur les trois-quarts du département, le niveau d’eau est le pire jamais enregistré.

Après la sécheresse historique de l’an dernier, personne n’a envie de revivre un été catastrophique en Creuse. C’est pourtant ce qui pourrait arriver si l’eau ne tombe pas en quantité pendant les trois mois qui viennent. Il n’a pas plu beaucoup cet hiver et les nappes ne se sont pas correctement rechargées.

Les mesures sont réalisées par le Bureau de recherche géologique et minière. Ils ont 13 capteurs en Creuse, certains posés depuis environ 30 ans, d’autres depuis 15 ans, et les trois-quarts de ces capteurs sont au niveau le plus bas jamais enregistré. La situation est notamment inquiétante sur les bassins du Cher, de la Gartempe, de la Creuse, mais tout le département est globalement concerné.

Lire la suite

Les peuples premiers

Peuple d'Amazonie

Au nombre de 370 à 400 millions, les peuples autochtones représentent plus de la moitié de la diversité culturelle du monde.Les peuples autochtones, appelés également «  peuples premiers » ou aborigènes, constituent au moins 5 000 groupes humains qui vivent dans 90 Etats. Alors que nombre d’entre eux ont été marginalisées,  exploitées et assimilées par la force, ces peuples résistent de plus en plus pour faire valoir leurs droits. Ils revendiquent la reconnaissance de leur identité, de leur langue, de leur culture, de leur mode de vie et de leur terre.

[advanced_iframe src= »https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/3ba2cc9f-8ccf-408b-9ab0-dfdd894b8062″ width= »100% » height= »64″]

A lire aussi :

Du XIXᵉ siècle à aujourd’hui, des enfants dans l’enfer de la mine

26 Fév 2019 – Diana Cooper-Richet

congo coltanEn République démocratique du Congo (RDC), de nombreux enfants s’usent au travail dans les mines de cassitérite et de cobalt des régions du Nord Kivu et du Katanga. Dans ce pays aux ressources considérables, ces minerais rares et chers sont particulièrement prisés,

comme en témoigne le journaliste Christophe Boltanski dans son livre enquête de 2014, Minerais de sang.Leur extraction est en effet indispensable à la fabrication de nos appareils électroniques.

Nulle trace sur les cartes des exploitations où se cachent ces esclaves du monde moderne. Localisés dans des zones réputées dangereuses où règnent des bandes armées, ces lieux accueillent pourtant à 200, voire 300, mètres de profondeur, des fillettes et des garçons âgés de 7 à 18 ans : l’Unicef estime qu’ils sont quelque 40 000 et qu’ils forment près de la moitié de la main-d’œuvre utilisée dans ces exploitations. Dans des conditions inhumaines, ces enfants travaillent à mains nues, pour des salaires qui n’excèdent pas un ou deux euros par jour.

Lire la suite : The conversation

Le gouvernement supprime les enquêtes publiques environnementales contre l’avis des citoyens

« La méthode utilisée est habile. Sous couvert de simplification et de diminution des délais, c’est subrepticement, par petites touches, lors de la sortie de nouveaux projets de loi, que la participation du public aux décisions ayant une incidence environnementale est en train de muter pour se résumer à une simple consultation par voie électronique », a ainsi dénoncé la présidente de la CNCE à Actu Environnement.

Alors que le gouvernement mène tambour battant le grand débat national, un des rouages de la démocratie participative va être remplacé pour la première fois dans les régions de Bretagne et Hauts-de-France : l’enquête publique.

Lire la suite – La relève et la peste – 11 février 2019 – Laurie Debove

Comme un bruit qui court retourne en Guyane, avec celles et ceux qui font de la forêt un champ de bataille.

[advanced_iframe src= »https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/4fa2c8b7-0cd1-4c71-bb7f-77476bbe619b » width= »100% » height= »64″]

 

Les Amérindiens se battent pour défendre la forêt dont ils vivent

Les Amérindiens se battent pour défendre la forêt dont ils vivent © Radio France / Giv Anquetil
Nous vous avions fait entendre le mois dernier les voix de guyanais mobilisés contre des grands projets extractivistes qui menacent l’environnement.Et si la mine industrielle Montagne d’or (en plein cœur de la forêt tropicale) est toujours dans le collimateur de 70% des habitants, on célèbre ces jours-ci en Guyane la victoire par abandon sur Total et son forage off-shore, qui vient de jeter l’éponge après 100 millions d’euros dépensés en prospection.

On retourne cette semaine dans ce paradis vert, cette fois avec les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent.

Les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent
Les Amérindiens qui se battent pour défendre la forêt dont ils vivent © Radio France / Giv Anquetil

Dans son abattis, sa parcelle cultivée sur brûlis avant d’être rendue à la forêt pour 30 ans, Franck Nénesse pratique l’agroforesterie en utilisant les cycles naturels et les savoir-faire traditionnels pour que les sols ne s’épuisent pas. Cécile Kouyouri, première femme devenue chef coutumier voilà 21 ans, nous reçoit dans son petit village de Bellevue, où elle a réussi à imposer une « Zone de droits d’usage collectifs » (ZDUC) pour un autre usage communautaire de la forêt et du monde.

C’est aussi le message que porte une nouvelle génération d’Amérindiens réunis dans les Jeunesses Autochtones de Guyanes (JAG), dont fait partie Christophe Yanuwana Pierre que l’on retrouve près de Saint Laurent du Maroni.

Pour la reconnaissance officielle des peuples autochtones
Pour la reconnaissance officielle des peuples autochtones © Radio France / Giv Anquetil

Alors qu’environnement et climat peinent à devenir des priorités pour le monde développé, toutes et tous partagent –comme Jean Paul Fereira, le maire Kali’na d’Awala-Yalimapo, l’idée que le « retard » en développement de la Guyane est peut-être une chance pour prendre d’autres voies. Plutôt que de répéter les mêmes erreurs – climaticides – qui ont échoué ailleurs.

Un reportage de Giv Anquetil

Et le focus

Martelage et syndicalisme : les agents forestiers défendent leur métier et leur mission d’intérêt général face aux restrictions budgétaires.

La bibliographie

Guide Guyane 2019/2020, Philippe Boré, aux éditions des Curieux de nature d’Amérique du Sud
« Guyane, trésors et conquêtes », Revue Z, numéro 12, 2018

Programmation musicale

« Malawni » – Master Rick
« Oyékomato » – T+Waleke
Focus :   Lescop – La Forêt

Entre Montagne d’or et forage offshore, quand la Guyane est convoitée pour ses ressources

[advanced_iframe src= »https://www.franceinter.fr/embed/player/aod/f7d4488a-b62e-4110-82b1-be103caa5786″ width= »100% » height= »64″]

Comme un bruit qui court – samedi 9 février 2019 par Giv Anquetil , Antoine Chao , Charlotte Perry

Voilà plus de deux ans qu’une mobilisation inédite a pris racine en Guyane, alors que ses ressources attisent l’appétit des multinationales.

Mobilisation contre l'exploitation minière de la Montagne d'or en Guyane
Mobilisation contre l’exploitation minière de la Montagne d’or en Guyane © Maiouri Nature

 

Écologistes, amérindiens, et citoyens de tous bords se sont mis en tête de stopper le projet minier Montagne d’or : un consortium russo-canadien qui compte extraire 85 tonnes d’or au cœur de la forêt primaire, creusant une fosse grande comme 32 stades de France, et utilisant 10 tonnes de cyanure et 18 tonnes d’explosif, chaque jour pendant douze ans.

Continuer la lecture de Entre Montagne d’or et forage offshore, quand la Guyane est convoitée pour ses ressources