Archives pour la catégorie Événements

dimanche 22 avril – Ballade printanière à Lussat (23)

triton creté2Balade sur les sentiers de la vallée de la Voueize. Pour fêter le printemps et parce que le projet minier de Villeranges n’est pas enterré, nous vous invitons à (re)découvrir le site toujours menacé par la possibilité d’une exploitation minière.

Le sentier traverse la Zone Naturelle d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique de la vallée de la Voueize, à quelques minutes de la Réserve Naturelle de l’Étang des Landes. Le site a fait l’objet de recherches minières dans les années 80, une galerie a été creusée, la présence d’or, de tungstène et d’antimoine est attestée par des analyses.

RDV à midi à l’Étang des Landes pour ceux qui souhaitent pic-niquer (ramener son casse-croute) – départ à 13h30

Durée de la balade sur les sentiers de la Voueize : 3h (6kms) – relativement facile.

Goûter musicale acoustique au retour

cartechemin3

URGENT EXPULSION EN COURS A NDDL ! Rdv samedi 14/04 à GUERET – 10h30 Place Bonnyaud

5e jour d’intervention aujourd’hui, la lutte continue sur place et partout en France.  Montrons au gouvernement notre détermination  à ne pas abandonner notre rêve et à nos camarades sur place notre soutien.

Un rdv est donné à se rendre en masse sur la zad ce dimanche. RDV à midi le long du chemin de suez ; si nous ne pouvons rejoindre nos camarades en résistance sur le terrain, un appel est lancé à organiser des rassemblement, blocage, occupation, etc… dans nos villes :

RDV à Guéret demain samedi 14 avril à 10h30 place Bonnyaud.

L’état s’obstine à vouloir expulser la zad, il devra faire face à une série de réactions, aussi déterminées que diverses !

JEUDI 12 AVRIL – GUERET :

Retour sur le rassemblement d’hier soir devant la préfecture : nous étions une cinquantaine de personnes réunies pour manifester notre soutien à NDDL et aux familles de migrants installées en Creuse menacées d’expulsion. Paysans, Migrants, zadistes : NON AUX EXPULSIONS ! CONVERGENCE DES LUTTES !

DSC_0003 DSC_0005 DSC_0006 DSC_0011 DSC_0015DSC_0019

COMMUNIQUE DE L’ASSEMBLÉE DE LUTTE CONTRE LES EXPULSIONS DE LA ZAD :

Aux cheminots, aux étudiant-es, aux grévistes d’Air France, de Carrefour et à toutes celles et ceux qui luttent CONTRE MACRON ET SON MONDE

Des licenciements consécutifs à la loi travail, de la sélection à l’université à la déportation des immigrés, c’est la même logique étatique qui considère les êtres vivants comme des marchandises, le même bulldozer anti-social qui tente de bousiller nos vies. Pourtant, dans les universités occupées et sur les piquets de grèves, sur la ZAD et dans la rue, la colère monte et éclate. Sur les nombreux fronts de lutte, activés en réaction à la politique-carnage du gouvernement, un besoin urgent se faitsentir : s’unir pour que la peur change de camp.

Ici, dans le bocage de NDDL, la résistance à l’opération militaire prend des airs de guerre civile : destructions de nos lieux de vies, véhicules blindés, survols de drônes, maîtres chiens, largage degrenades désencerclantes par hélicoptère, exhibitions d’armes à feu et plus de trente blessés hier, probablement le double aujourd’hui, dont plusieurs mutilations irréversibles. Malgré cela, la résistance continue à l’image du mouvement anti-aéroport : joyeuse, déterminée et multiforme. Des caillassages et pique-niques de cheveux gris, des bals de tracteurs aux barricades, d’incendies de tractopelles aux jets de peintures en passant par les ravitaillements des cantines, l’énergie déployée ici tire ses sources de vos solidarités. Celle des riverains, des paysan-nes, des habitant-es historiques, des comités de soutiens locaux et à l’internationale, de tous les renforts plus nombreux chaque heure qui passe. Et savoir que des facs sont occupées, des trains et des avions à l’arrêt, des supermarchés bloqués nous fait nous sentir pris dans un mouvement plus global qui tente de stopper ce gouvernement dans sa course folle vers la catastrophe générale.

Malgré le déchaînement de brutalité absurde de cette opération, qui prouve que ce gouvernement n’a plus que la terreur comme seul argument, il reste certain que nous allons continuer à durer et construire ici. Nous sommes trop nombreu-ses à connaître les chemins, bois et prés du bocage. Nous tirons notre force de toute la rage et l’espoir de tous celles et ceux qui veulent changer ce monde. La ZAD est inexpulsable. Une fois que seront expulsés les véhicules blindés, les hélicoptères, les fourgons et les 2500 flics de notre bocage chéri, soyez sûr-es qu’on se retrouvera dans vos amphis, piquets de grève et dans la rue pour poursuivre nos combats.

Merci pour vos solidarités, vos luttes et votre diversité.

L’assemblée de lutte contre les expulsions de la ZAD

Précisions des expulsions sur la zad :
http://zad.nadir.org/

URGENT EXPULSION EN COURS A NDDL ! Rassemblement Jeudi 12 à GUERET : Rdv dès 18h devant la préfecture

GUERET : Jeudi 12 avril – RDV dès 18h devant la préfecture

En soutien aux migrants, aux zadistes, aux étudiants, aux syndicalistes ;

Contre la dictature, l’autocratie, la répression ;

CONVERGENCE DES LUTTES !

soutiens nddl avril 2018

L’état s’obstine à vouloir expulser la zad, il devra faire face à une série de réactions, aussi déterminées que diverses. Ceci est vrai pour la zad, mais aussi un peu partout : déjà 57 lieux se déclarent prêts à manifester leur soutien à défendre la zad #NDDL !

A7 (PACA), ALBI, ANGERS, ANNEMASSE, AUBENAS, AURAY, AUXERRE, BAIONA, BLOIS, BORDEAUX, BREST, BRESSUIRE, CAEN, CARCASSONNE, CHAMBERY, CHERBOURG, CHOLET, COLMAR, CERGY, COMMINGES, DIE, DIJON, DUNKERQUE, FOUGERE, FREIBURG, GAP, GUINGAMP, GRENOBLE, LA ROCHELLE, LANGON, LANNION, LAVAL, LILLE, LIMOGES, LOCHES, LONS-le-SAUNIER, LORIENT, LYON, MARCILLAC-VALLON, MONTPELLIER, les MONTS D’ARRÉES, MORLAIX, MULHOUSE, NANCY, NANTES, NÎMES, NICE PARIS, PERIGUEUX, PLÉLAN-LE-GRAND, POITIERS, PONTIVY, PUY EN VELAY, QUESTEMBERT, QUIMPER, RENNES, ROUEN, SAINT-BRIEUC, SAINT-MALO, SAINT-NAZAIRE, SEGRÉ, SEVERAC, STRASBOURG, TOULOUSE, TOURS, TULLE, VALENCE, VANNES … et vous ?

Extrait du communiqué de l’assemblée du 09 Avril :

« La destruction du hangar, des serres et de la bergerie des 100 noms, l’évacuation de ses ânes et de ses moutons a achevé de dévoiler l’hypocrisie absolue de la préfecture, y compris sur sa prétention affichée à conserver les projets agricoles. La préfète en profite pour appuyer sur un chantage abject  à propos des autres lieux abritant des projets agricoles : abandonnez la vision collective maintenant ou vous connaitrez le même sort et les mêmes destructions. La maison des vraies rouges, les jardins maraîcher et médicinal du Rouge et Noir, et bien d’autres pourraient bien être en ligne de mire demain. » … La préfecture va-telle s’attaquer à un autre projet agricole emblématique de la zad ?

Communiqué du 10 Avril : Appel général à se rendre sur place !

Ce matin, presque une centaine de camion de gendarmes mobiles, blindés, tractopelles reviennent sur la zad semer leur travail de destruction. Plusieurs lieux de vie et projets agricoles semblent aujoud’hui imédiatement dans les viseurs de la préfecture : la Chèvrerie une maison magnifique déjà reconstruite après César en 2013 avec ses mosaïques et ses murs en terres chaux. La maison des vraies rouges un des plus vieux groupements d’habitats
auto-construit en terre-paille ou en bois de la zad avec son espace collectif sur deux étages. Les vraies rouges abritent aussi le jardin rouge et noir, projet maraîcher avec ses serres et le champs médicinal avec sa cabane de séchage et de transformation. Le jardin rouge et noir est un espace agricole emblématique qui alimente le marché de la zad ou et des luttes, projets associatifs, et migrants. Le jardin rouge et noir fonctionne par chantier collectif hebdomadaire ouvert qui permettent à un grand nombre d’habitant de la zad et voisin de se réapproprier des savoir-faire maraîchers. Il s’organise avec le soutien des agriculteurs de COPAIN 44. De nombreuses personnes se rendent sur place pour les défendre et se rejoignent au camps des cheveux blancs. Des barricades ont été érigées. Les habitants de la Chèvrerie comme d’autres lieux, se sont nommés et identifiés à la préfecture et AGO-vinci. La préfecture le nie et s’apprête à les expulser illégalement et sans procédure nominative comme les autres.

Précisions des expulsions sur la zad :
http://zad.nadir.org/

A lire : La Zad et la guerre civile mondiale

soutienddl

14 AVRIL 2018 – Réunion publique d’information et AG de l’association Stopmines87

stopmines87 avril2018Nous avons le plaisir de vous inviter à une réunion publique d’information le samedi 14 avril prochain à 14H30 à la Meyze.

Dans un premier temps, nous vous présenterons l’état des lieux de nos actions 2017 et répondrons à vos questions : veuillez consulter ici un dossier complet : 2017-SM87_Présentation-réunions-publiques. Cette réunion publique sera suivie de l’AG pour les adhérents et membres du CA.

à lire : Pour eux, le permis de recherches minières en Haute-Vienne, c’est « or de question » !

Samedi 17 Mars – Guéret : Rassemblement de soutien à Bure

tract bure 17 mars_color [1024] [640x480]      tract bure 17 mars verso_color [1024] [640x480]

 

En réponse à l’opération de police du 22 février, qui s’est soldée par l’expulsion des occupant.e.s du bois Lejuc et par la criminalisation des opposant-es au projet Cigéo (2 d’entre eux dorment en prison jusqu’à leur procès du 19 mars !), nous invitons toutes les chouettes hulottes et hiboux de Creuse à un rassemblement samedi 17 mars pour adresser un message de soutien à nos camarades de Bure.

 

bourges

 

Jeudi 08 mars – Tulle : Rassemblement contre le projet d’usine à pellets torréfiés de Bugeat-Viam

Rassemblement contre le projet d’usine à pellets torréfiés de Bugeat-Viam (CIBV)

jeudi 8 mars 2018 à 8h30 à Tulle,

place de la cathédrale

Nous venons d’apprendre que le projet usine de production de pellets torréfiés Carbon Ingen’R Bugeat-Viam (CIBV) était inscrit au Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) du jeudi 8 mars !!! Le coderst est la dernière étape administrative avant l’autorisation d’installation d’un projet soumis à ICPE.
Les éléments qui autoriseraient l’instruction de ce dossier ne sont aucun cas réunis. La poursuite de la procédure constitue un déni de démocratie que nous comptons dénoncer par un rassemblement à Tulle [place de l’église] jeudi 8 mars 2018 à 8h30.
montagnepellets [320x200]
Le commissaire enquêteur, monsieur Jean-Paul Baudet, a rendu en date 28 janvier 2018 un rapport d’enquête lacunaire et partial en faveur du projet CIBV :
• Les contributions sérieusement argumentées, dont celle que nous avons co-signée avec 6 associations agréées pour la protection de l’environnement, ont largement été ignorées.
• Certaines remarques ou interrogations ont été reformulées de manière peu claire, et ne trouvent aucune réponse du promoteur du projet.
• Le commissaire enquêteur n’a aucun regard critique sur le projet et reprend soit les éléments du dossier d’enquête, soit les réponses du pétitionnaire lui-même !
Un projet soumis à enquête publique et à étude d’impact a par nature des effets potentiels très importants sur l’environnement. Nous rappelons que l’ouverture d’une concertation préalable aurait permis qu’un débat d’opportunité puisse se dérouler sur notre territoire et aurait sans doute permis de prévenir la frustration démocratique qui a été ressentie tout au long de cette enquête publique dont nous déplorons avoir joué le jeu sans que cela n’ait aucun effet.
En tentant ainsi de dissimuler les risques et en dénigrant la parole des opposants l’ensemble des acteurs institutionnels font une grave erreur politique qui renforce la légitimité de nos actions contre le projet CIBV.
Nous vous demandons que le projet CIBV soit déprogrammé du CODERST du 8 mars 2018
 
Nous appelons à un rassemblement à cette même date afin dénoncer la supercherie démocratique de cette enquête publique.
Rassemblement à Tulle, place de la cathédrale jeudi 8 mars 2018, à 8h30.
Lire / télécharger la lettre ouverte au préfet des associations Limousin Nature Environnement, Corrèze Environnement, Sources et Rivières du Limousin, Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin, Non à la Montagne Pellets, Nature sur un Plateau, LPO Limousin, AGIR pour la Biodiversité :

 

Vendredi 26 janvier – Projection « Les pieds sur Terre » : un autre regard sur NDDL- à Guéret

Vendredi 26 janvier à 18h – Guéret

Projection au Sénéchal suivie d’une discussion

Le projet d’aéroport dans le bocage de Notre-Dame des Landes est maintenant abandonné, et la micro-société qui s’y construit est riche d’alternatives.

affiche les pied sur terre [480]

Au coeur de Notre-Dame-des-Landes, le Liminbout, hameau d’une dizaine d’habitants tient le haut du pavé. Agriculteur historique, paysans syndicalistes, locataires sur-endettés venus chercher une autre vie, squatteurs plus ou moins confirmés y apprennent à vivre et à lutter ensemble au quotidien. « Ici, disent-ils, on ne fait pas de la politique : on la vit. » Loin des représentations habituelles de la ZAD, le film est une immersion dans le huis-clos de ce village devenu au fil des années symbole de la lutte contre l’aéroport et son monde.

Stopmines87 : Réunion publique le 23 janvier à Ladignac Le long

2018-réunionladignaclelong-212x300

La prochaine réunion publique Stopmines87 aura lieu à la salle des fêtes de Ladignac-Le-Long mardi 23 janvier à 19:30 !

La société Cordier a déjà commencé à contacter les mairies  pour avoir la liste des parcelles et le nom des propriétaires en vue de carottages futurs. Nous savons que des propriétaires ont déjà été contactés et, de ce fait, avons davantage d’informations sur le périmètre concerné par la recherche minière.

Le responsable de Cordier, seul ou accompagné a commencé à visiter les propriétaires des terrains pour demander un droit de passage en vue de faire des prélèvements. Des survols de drones ou de petits avions ont vraisemblablement déjà commencé. Des courriers ont été adressés aux propriétaires pour demander le droit de passage.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’avancée du projet et nos actions en cours, pour connaître vos droits, savoir à quoi vous attendre et comment réagir, nous vous attendons nombreux !!!

http://stopmines87.fr/

10 février 2018 – Pour un avenir sans aéroport – tous&toutes sur la zad !

Zad 10-02-2018Depuis des décennies, les 1650ha de la zad sont menacés par un projet d’aéroport climaticide, destructeur de terres nourricières, de zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des paysan.ne.s résistant.e.s ont continué de vivre sur leurs terres et de nouveaux.elles habitant.e.s sont arrivé.e.s dans les 10 dernières années. Il s’invente sur la zad des formes de vie, d’habitats et d’agriculture fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février, la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes aura 10 ans. Si le gouvernement, à l’issue de la médiation nommée il y a 6 mois, décide enfin d’abandonner ce projet mortifère, le 9 février marquera la fin officielle de la Déclaration d’Utilité Publique. Nous serons alors heureux de célébrer la préservation de ce bocage, avec toutes celles et ceux qui ont accompagné cette longue histoire de lutte au cours des dernières décennies. Nous convergerons pour poser ensemble les prochains jalons de l’avenir de la zad de Notre-Dame-des-Landes.

Si le gouvernement décidait envers et contre tout de s’entêter, il nous faudrait alors être aussi fort nombreux.ses à réaffirmer notre volonté d’empêcher le démarrage des travaux et de toute expulsion sur la zad.

Quelle que soit la position du gouvernement suite au rapport de la médiation, et en espérant le meilleur pour la suite, nous vous appelons donc à vous organiser dès aujourd’hui pour se retrouver sur la zad le 10 février et enraciner son avenir.

Lire la suite

 

Samedi 27 janvier – AG Stopmines23

Assemblée Générale de l’association StopMines23

Samedi 27 janvier 2018 à 16h00

à Chambon-sur-Voueize – salle des associations (voir plan d’accès)

les-cigognes-blanches-nouvelles-pepites-creusoises_3558297

L’Assemblée Générale est un moment privilégié dans la vie de notre association, c’est la possibilité de rencontrer nos soutiens, amis de la lutte qui ne peuvent être présents aux réunions, cela nous permet aussi de vous présenter le bilan des actions passées et surtout de vous informer de la lutte contre les projets, anciens ou nouveaux prévus dans notre département et ailleurs : Mines d’or – Déchets radioactifs – Géothermie profonde – Éoliennes Industrielles … Vous allez voir, en 2018, on va être choyés ! Un apéro partagé clôturera la séance et nous permettra d’échanger nos réflexions sur les sujets du moment.

670f12cf58f5218d8dc9f7651b8f6e

Mardi 16 Janvier – Conférence gesticulée : Le bon Filon du terrorisme vert

A Marcillat-en-Combraille

Mardi 16 janvier à 20h30 – salle de la mairie, 1er étage

Spectacle à prix libre. Durée : 1h00.

Le spectacle sera suivi d’une discussion sur la géothermie profonde.

promesses ddUne conférence gesticulée sera donnée à Marcillat-en-Combraille mardi 16 janvier par Julien Dupoux. Avec une pointe d’ironie théâtrale, il nous parlera de son expérience rocambolesque de campagnard qui voit débarquer sans grand enthousiasme un permis minier pour faire des recherches d’or dans la Creuse. Par la même occasion, il nous expliquera les dessous d’un permis minier de manière pédagogique.

Ce spectacle offrira justement l’occasion d’un discussion à la suite puisque un permis minier de géothermie profonde a été discrètement attribué sur la Combraille bourbonnaise et crée déjà la polémique autour de Néris-les-Bains. Qu’est-ce que la géothermie profonde ? Pourquoi est-ce dans le domaine minier ? Faut-il s’en inquiéter ? On s’informera et on échangera sur le sujet.

Jeudi 7 décembre : Conférences gesticulées – Chambon-sur-Voueize (23)

Conférences gesticulées

Tagada soin soin  par Elisabeth Fery 18h30

Les astuces de sioux d’une aide-soignante à l’hôpital du commerce Cette immersion dans la fonction publique hospitalière invite à découvrir le parcours d’une aide-soignante syndiquée qui, année après année, assiste à la dégradation des conditions de travail de l’assistance publique des hôpitaux de Paris.

Mes jolies colonies  par Djenab Sangaré 20h30

En nous livrant une autre histoire de la colonisation et de la décolonisation que celle livrée par nos manuels scolaires et nos cours d’histoire, cette conférence gesticulée vient interroger les effets actuels de notre histoire coloniale. Quelle est notre légitimité à nous sentir français-e aujourd’hui quant on s’appelle Fatoumata ou Mohamed ? Dans cette conférence, on parlera de culture, d’ethnocentrisme, de capitalisme… 

Au bistrot d’autrefois

Chambon-sur-Voueize

Jeudi 7 décembre – 18h30 et 20h30

Une conférence gesticulée, c’est entre le théâtre et la conférence. C’est de l’éducation populaire, une personne qui livre ce qu’elle sait, un savoir sociologique construit par les gens du peuple.

Durée : 1h15

Entrée (et sortie) : Prix libre

Samedi 09 Décembre : Conférence gesticulée « Le bon filon du terrorisme vert » – Gentioux

Conférence gesticulée par Julien Dupoux du collectif Stop Mines 23 :

Samedi 9 décembre à 15h à la Renouée.

entrée : Prix libre.

« Comment l’or mène au vice! Et comment des ploucs du fin fond de la Creuse peuvent-ils s’opposer à des gros industriels miniers ? Comment s’opposer à un projet de mine d’or mène à être considéré comme dangereux ? Ce sont à ces questions que répondra l’un des ploucs terroristes en question… »

La Renouée,
10 rue de la Fontaine,
23340 Gentioux
05 55 66 15 33
http://renouee.millevaches.net/WP/

SAMEDI 9 DÉCEMBRE RASSEMBLEMENT CONTRE LE PROJET D’USINE À PELLETS DE BUGEAT-VIAM

« ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
 DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT »

Dans le cadre d’un calendrier commun pour la convergence des territoires en lutte

Le samedi 9 décembre, le collectif biomasse critique organise un rassemblement contre le projet d’usine à pellets torréfiés de Bugeat-Viam. Cet événement a lieu dans le cadre d’une déclaration commune d’habitant.e.s et d’associations de différents territoires en lutte, qui ont décidé de manifester leur solidarité mutuelle et de se doter d’un calendrier commun à l’heure où le gouvernement prétend célébrer les deux ans des accords de Paris sur le climat. Plusieurs des signataires de cette déclaration seront présents sur le plateau à cette occasion, et de même, nous serons quelques-uns à nous déplacer pour l’une ou l’autre des dates annoncées.

Vu d’ici, ce que ces territoires ont en commun, c’est aussi ce que de  nombreux habitant.es de nos régions peuvent souvent ressentir, et parfois partager : ce sentiment diffus que ce monde est en permanence aménagé, contraint, orienté, organisé, régi, et abîmé, par des logiques qui leur passent au-dessus de la tête et se contrefichent de ceux qui les subissent au premier plan. Ce sentiment que ce monde n’appartient pas à ceux qui y vivent, mais à ceux qui l’aménagent et en disposent, bien assis dans leur autre monde, celui des immeubles de rapport, des bureaux d’études et des décisions assistées par ordinateur. Le monde de ceux qui décident pour tous les autres, fiers de leur mandat d’élu ou de leurs armées d’ingénieurs, pour qui les peuples ne sont que les occupants d’un espace sur lequel ils ont tous les droits. Pour qui ce n’est pas aux habitant.es de décider s’ils veulent ou non vivre au milieu de champs d’arbres que l’on suce jusqu’à la dernière souche, à proximité d’une mine de terres rares aux effluves nocives pour tout ce qui veut vivre, au pied d’éoliennes industrielles dont la production ira rejoindre le grand marché des énergies verdâtres et du crédit carbone.

Pourtant, ça gronde et ça fuit. Les oppositions aux projets d’aménagement sont plus nombreuses que tout ce que l’on peut recenser. La défiance se généralise, les premiers concernés se laissent de moins en moins faire, et se découvrent de plus en plus d’alliés, prêts à leur transmettre discrètement les informations qui leur manquent pour comprendre ce qui se passe dans les cénacles. Et pendant que les élus, les experts et les financiers affinent leurs plans de com’ et leurs promesses sur mesure, les gens du commun se rencontrent, s’informent, se retrouvent et s’organisent.
Le samedi 9 décembre, nous commencerons par nous retrouver autour d’ grand banquet en plein air, à l’orée des forêts et des collines du plateau : premier geste pour réchauffer les corps et les esprits, et considérer ce qui fait la convoitise des prédateurs industriels.  Nous y invitons tous ceux qui luttent contre la dépossession de leurs territoires et de leurs vies, et qui s’organisent pour reprendre prise sur ceux-ci, qu’ils viennent de contrées éloignées ou de la commune d’à côté. Nous continuerons par une promenade dans les forêts voisines. Nous partagerons ensuite les récits de nos vies et de nos luttes, à travers des prises de paroles, des ateliers, des projections video, et ce que tout le monde aura amené en partage. À la nuit tombante, nous nous réchaufferons encore autour d’une grande soupe. Et nous partirons enfin fêter nos retrouvailles en dansant, et en imaginant autour d’un verre les actions à venir après ce premier grand échauffement.

ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT
(le lieu exact du rendez-vous, situé sur un terrain privé, sera indiqué à partir de là)

contact : biomassecritique@riseup.net

———–

Le reportage de télé millevaches sur la question de l’usine à pellets est en ligne :
http://telemillevaches.net/…/une-usine-en-question-et-autre…


Mardi 21 novembre : Bure – Retour sur la lutte – Projection / Discussion en présence de chouettes-hiboux du bois Lejuc !

Il y a 25 ans, l’État a choisi le petit village de Bure dans la Meuse pour y enfouir les déchets nucléaires les plus dangereux. L’opposition n’a jamais cessée depuis : occupations de terres agricoles, installations dans les villages alentours, bataille juridique, manifestations, sabotages … Depuis plus d’un an des opposant.es occupent et habitent une forêt empêchant ainsi le début des travaux. 4 chouettes hiboux du Bois Lejuc font le tour de France pour parler de tout ça avec nous et plus encore !

Ce mardi 21 novembre à Aubusson, retour sur cette longue bataille en projection, discussion avec des chouettes-hiboux du bois Lejuc – à partir de 20h30 !

Entrée libre – un chapeau à dispo pour aider nos amis de Bure dans leur tournée d’info. Comme d’hab’ au Fabuleux pour ceux qui connaissent. Sinon : http://lefabuleuxdestin.e-monsite.com/pages/ou-sommes-nous.html

bure 21 novembre copie

Et pour aller plus loin, en savoir plus avant ou après, voir des photos, des vidéos, découvrir comment notre pays compte (mal) gérer les déchets nucléaires, bref vous renseigner sur une question majeure c’est sur le site des chouettes hiboux ici https://vmc.camp/2017/10/24/bure-se-deplace-chez-vous/

Vendredi 17 Novembre – Projection « Land Grabbing » – Guéret

Le 17 novembre à 20h30 au Sénéchal à Guéret

landgrabbing_poster_vorlnufig [640x480]Dans le cadre du Festival Alimenterre et du Festival des Solidarités,

Attac 23 en partenariat avec la Maison des Droits de l’Homme propose une discussion à la suite de la projection du documentaire « Land Grabbing » sur les conséquences de l’accaparement des terres dans les pays du sud, pour faire émerger les responsabilités et rechercher des moyens d’actions.

Avec les témoignages de Burkinabè et les interventions de Terre de Liens et de Patrick Monier, témoin au Tribunal International des Droits de la Nature à Bonn.

Land Grabbing :
Aujourd’hui, les terres arables sont devenues rares et précieuses. De plus en plus d’investisseurs cherchent à exploiter des terres pour produire des biocarburants, des céréales à exporter. La terre est devenue un investissement financier à part entière. Ce documentaire, réalisé par Kurt Langbein, illustre l’impact de divers projets d’agrobusiness qui accaparent les terres nourricières des populations locales, aussi bien en Afrique et en Asie qu’en Europe, et notamment en Roumanie.