Archives pour la catégorie Événements

Vendredi 26 janvier – Projection « Les pieds sur Terre » : un autre regard sur NDDL- à Guéret

Vendredi 26 janvier à 18h – Guéret

Projection au Sénéchal suivie d’une discussion

Le projet d’aéroport dans le bocage de Notre-Dame des Landes est maintenant abandonné, et la micro-société qui s’y construit est riche d’alternatives.

affiche les pied sur terre [480]

Au coeur de Notre-Dame-des-Landes, le Liminbout, hameau d’une dizaine d’habitants tient le haut du pavé. Agriculteur historique, paysans syndicalistes, locataires sur-endettés venus chercher une autre vie, squatteurs plus ou moins confirmés y apprennent à vivre et à lutter ensemble au quotidien. « Ici, disent-ils, on ne fait pas de la politique : on la vit. » Loin des représentations habituelles de la ZAD, le film est une immersion dans le huis-clos de ce village devenu au fil des années symbole de la lutte contre l’aéroport et son monde.

Stopmines87 : Réunion publique le 23 janvier à Ladignac Le long

2018-réunionladignaclelong-212x300

La prochaine réunion publique Stopmines87 aura lieu à la salle des fêtes de Ladignac-Le-Long mardi 23 janvier à 19:30 !

La société Cordier a déjà commencé à contacter les mairies  pour avoir la liste des parcelles et le nom des propriétaires en vue de carottages futurs. Nous savons que des propriétaires ont déjà été contactés et, de ce fait, avons davantage d’informations sur le périmètre concerné par la recherche minière.

Le responsable de Cordier, seul ou accompagné a commencé à visiter les propriétaires des terrains pour demander un droit de passage en vue de faire des prélèvements. Des survols de drones ou de petits avions ont vraisemblablement déjà commencé. Des courriers ont été adressés aux propriétaires pour demander le droit de passage.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’avancée du projet et nos actions en cours, pour connaître vos droits, savoir à quoi vous attendre et comment réagir, nous vous attendons nombreux !!!

http://stopmines87.fr/

Mardi 16 Janvier – Conférence gesticulée : Le bon Filon du terrorisme vert

A Marcillat-en-Combraille

Mardi 16 janvier à 20h30 – salle de la mairie, 1er étage

Spectacle à prix libre. Durée : 1h00.

Le spectacle sera suivi d’une discussion sur la géothermie profonde.

promesses ddUne conférence gesticulée sera donnée à Marcillat-en-Combraille mardi 16 janvier par Julien Dupoux. Avec une pointe d’ironie théâtrale, il nous parlera de son expérience rocambolesque de campagnard qui voit débarquer sans grand enthousiasme un permis minier pour faire des recherches d’or dans la Creuse. Par la même occasion, il nous expliquera les dessous d’un permis minier de manière pédagogique.

Ce spectacle offrira justement l’occasion d’un discussion à la suite puisque un permis minier de géothermie profonde a été discrètement attribué sur la Combraille bourbonnaise et crée déjà la polémique autour de Néris-les-Bains. Qu’est-ce que la géothermie profonde ? Pourquoi est-ce dans le domaine minier ? Faut-il s’en inquiéter ? On s’informera et on échangera sur le sujet.

10 février 2018 – Pour un avenir sans aéroport – tous&toutes sur la zad !

Zad 10-02-2018Depuis des décennies, les 1650ha de la zad sont menacés par un projet d’aéroport climaticide, destructeur de terres nourricières, de zone humides et de liens sociaux. En lieu et place de ce projet, des paysan.ne.s résistant.e.s ont continué de vivre sur leurs terres et de nouveaux.elles habitant.e.s sont arrivé.e.s dans les 10 dernières années. Il s’invente sur la zad des formes de vie, d’habitats et d’agriculture fondées sur le partage, la rencontre, le soin du vivant et des biens communs.

Le 9 février, la Déclaration d’Utilité Publique du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes aura 10 ans. Si le gouvernement, à l’issue de la médiation nommée il y a 6 mois, décide enfin d’abandonner ce projet mortifère, le 9 février marquera la fin officielle de la Déclaration d’Utilité Publique. Nous serons alors heureux de célébrer la préservation de ce bocage, avec toutes celles et ceux qui ont accompagné cette longue histoire de lutte au cours des dernières décennies. Nous convergerons pour poser ensemble les prochains jalons de l’avenir de la zad de Notre-Dame-des-Landes.

Si le gouvernement décidait envers et contre tout de s’entêter, il nous faudrait alors être aussi fort nombreux.ses à réaffirmer notre volonté d’empêcher le démarrage des travaux et de toute expulsion sur la zad.

Quelle que soit la position du gouvernement suite au rapport de la médiation, et en espérant le meilleur pour la suite, nous vous appelons donc à vous organiser dès aujourd’hui pour se retrouver sur la zad le 10 février et enraciner son avenir.

Lire la suite

 

Jeudi 7 décembre : Conférences gesticulées – Chambon-sur-Voueize (23)

Conférences gesticulées

Tagada soin soin  par Elisabeth Fery 18h30

Les astuces de sioux d’une aide-soignante à l’hôpital du commerce Cette immersion dans la fonction publique hospitalière invite à découvrir le parcours d’une aide-soignante syndiquée qui, année après année, assiste à la dégradation des conditions de travail de l’assistance publique des hôpitaux de Paris.

Mes jolies colonies  par Djenab Sangaré 20h30

En nous livrant une autre histoire de la colonisation et de la décolonisation que celle livrée par nos manuels scolaires et nos cours d’histoire, cette conférence gesticulée vient interroger les effets actuels de notre histoire coloniale. Quelle est notre légitimité à nous sentir français-e aujourd’hui quant on s’appelle Fatoumata ou Mohamed ? Dans cette conférence, on parlera de culture, d’ethnocentrisme, de capitalisme… 

Au bistrot d’autrefois

Chambon-sur-Voueize

Jeudi 7 décembre – 18h30 et 20h30

Une conférence gesticulée, c’est entre le théâtre et la conférence. C’est de l’éducation populaire, une personne qui livre ce qu’elle sait, un savoir sociologique construit par les gens du peuple.

Durée : 1h15

Entrée (et sortie) : Prix libre

Samedi 09 Décembre : Conférence gesticulée « Le bon filon du terrorisme vert » – Gentioux

Conférence gesticulée par Julien Dupoux du collectif Stop Mines 23 :

Samedi 9 décembre à 15h à la Renouée.

entrée : Prix libre.

« Comment l’or mène au vice! Et comment des ploucs du fin fond de la Creuse peuvent-ils s’opposer à des gros industriels miniers ? Comment s’opposer à un projet de mine d’or mène à être considéré comme dangereux ? Ce sont à ces questions que répondra l’un des ploucs terroristes en question… »

La Renouée,
10 rue de la Fontaine,
23340 Gentioux
05 55 66 15 33
http://renouee.millevaches.net/WP/

SAMEDI 9 DÉCEMBRE RASSEMBLEMENT CONTRE LE PROJET D’USINE À PELLETS DE BUGEAT-VIAM

« ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
 DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT »

Dans le cadre d’un calendrier commun pour la convergence des territoires en lutte

Le samedi 9 décembre, le collectif biomasse critique organise un rassemblement contre le projet d’usine à pellets torréfiés de Bugeat-Viam. Cet événement a lieu dans le cadre d’une déclaration commune d’habitant.e.s et d’associations de différents territoires en lutte, qui ont décidé de manifester leur solidarité mutuelle et de se doter d’un calendrier commun à l’heure où le gouvernement prétend célébrer les deux ans des accords de Paris sur le climat. Plusieurs des signataires de cette déclaration seront présents sur le plateau à cette occasion, et de même, nous serons quelques-uns à nous déplacer pour l’une ou l’autre des dates annoncées.

Vu d’ici, ce que ces territoires ont en commun, c’est aussi ce que de  nombreux habitant.es de nos régions peuvent souvent ressentir, et parfois partager : ce sentiment diffus que ce monde est en permanence aménagé, contraint, orienté, organisé, régi, et abîmé, par des logiques qui leur passent au-dessus de la tête et se contrefichent de ceux qui les subissent au premier plan. Ce sentiment que ce monde n’appartient pas à ceux qui y vivent, mais à ceux qui l’aménagent et en disposent, bien assis dans leur autre monde, celui des immeubles de rapport, des bureaux d’études et des décisions assistées par ordinateur. Le monde de ceux qui décident pour tous les autres, fiers de leur mandat d’élu ou de leurs armées d’ingénieurs, pour qui les peuples ne sont que les occupants d’un espace sur lequel ils ont tous les droits. Pour qui ce n’est pas aux habitant.es de décider s’ils veulent ou non vivre au milieu de champs d’arbres que l’on suce jusqu’à la dernière souche, à proximité d’une mine de terres rares aux effluves nocives pour tout ce qui veut vivre, au pied d’éoliennes industrielles dont la production ira rejoindre le grand marché des énergies verdâtres et du crédit carbone.

Pourtant, ça gronde et ça fuit. Les oppositions aux projets d’aménagement sont plus nombreuses que tout ce que l’on peut recenser. La défiance se généralise, les premiers concernés se laissent de moins en moins faire, et se découvrent de plus en plus d’alliés, prêts à leur transmettre discrètement les informations qui leur manquent pour comprendre ce qui se passe dans les cénacles. Et pendant que les élus, les experts et les financiers affinent leurs plans de com’ et leurs promesses sur mesure, les gens du commun se rencontrent, s’informent, se retrouvent et s’organisent.
Le samedi 9 décembre, nous commencerons par nous retrouver autour d’ grand banquet en plein air, à l’orée des forêts et des collines du plateau : premier geste pour réchauffer les corps et les esprits, et considérer ce qui fait la convoitise des prédateurs industriels.  Nous y invitons tous ceux qui luttent contre la dépossession de leurs territoires et de leurs vies, et qui s’organisent pour reprendre prise sur ceux-ci, qu’ils viennent de contrées éloignées ou de la commune d’à côté. Nous continuerons par une promenade dans les forêts voisines. Nous partagerons ensuite les récits de nos vies et de nos luttes, à travers des prises de paroles, des ateliers, des projections video, et ce que tout le monde aura amené en partage. À la nuit tombante, nous nous réchaufferons encore autour d’une grande soupe. Et nous partirons enfin fêter nos retrouvailles en dansant, et en imaginant autour d’un verre les actions à venir après ce premier grand échauffement.

ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT
(le lieu exact du rendez-vous, situé sur un terrain privé, sera indiqué à partir de là)

contact : biomassecritique@riseup.net

———–

Le reportage de télé millevaches sur la question de l’usine à pellets est en ligne :
http://telemillevaches.net/…/une-usine-en-question-et-autre…


Mardi 21 novembre : Bure – Retour sur la lutte – Projection / Discussion en présence de chouettes-hiboux du bois Lejuc !

Il y a 25 ans, l’État a choisi le petit village de Bure dans la Meuse pour y enfouir les déchets nucléaires les plus dangereux. L’opposition n’a jamais cessée depuis : occupations de terres agricoles, installations dans les villages alentours, bataille juridique, manifestations, sabotages … Depuis plus d’un an des opposant.es occupent et habitent une forêt empêchant ainsi le début des travaux. 4 chouettes hiboux du Bois Lejuc font le tour de France pour parler de tout ça avec nous et plus encore !

Ce mardi 21 novembre à Aubusson, retour sur cette longue bataille en projection, discussion avec des chouettes-hiboux du bois Lejuc – à partir de 20h30 !

Entrée libre – un chapeau à dispo pour aider nos amis de Bure dans leur tournée d’info. Comme d’hab’ au Fabuleux pour ceux qui connaissent. Sinon : http://lefabuleuxdestin.e-monsite.com/pages/ou-sommes-nous.html

bure 21 novembre copie

Et pour aller plus loin, en savoir plus avant ou après, voir des photos, des vidéos, découvrir comment notre pays compte (mal) gérer les déchets nucléaires, bref vous renseigner sur une question majeure c’est sur le site des chouettes hiboux ici https://vmc.camp/2017/10/24/bure-se-deplace-chez-vous/

Vendredi 17 Novembre – Projection « Land Grabbing » – Guéret

Le 17 novembre à 20h30 au Sénéchal à Guéret

landgrabbing_poster_vorlnufig [640x480]Dans le cadre du Festival Alimenterre et du Festival des Solidarités,

Attac 23 en partenariat avec la Maison des Droits de l’Homme propose une discussion à la suite de la projection du documentaire « Land Grabbing » sur les conséquences de l’accaparement des terres dans les pays du sud, pour faire émerger les responsabilités et rechercher des moyens d’actions.

Avec les témoignages de Burkinabè et les interventions de Terre de Liens et de Patrick Monier, témoin au Tribunal International des Droits de la Nature à Bonn.

Land Grabbing :
Aujourd’hui, les terres arables sont devenues rares et précieuses. De plus en plus d’investisseurs cherchent à exploiter des terres pour produire des biocarburants, des céréales à exporter. La terre est devenue un investissement financier à part entière. Ce documentaire, réalisé par Kurt Langbein, illustre l’impact de divers projets d’agrobusiness qui accaparent les terres nourricières des populations locales, aussi bien en Afrique et en Asie qu’en Europe, et notamment en Roumanie.