Appel du collectif Stop Carrière 03, pour un moratoire immédiat sur la réouverture d’une carrière à Archignat

La décision prise par le préfet de l’Allier, le 22 novembre 2016, d’autoriser l’exploitation d’une carrière géante, à Archignat, sur 78 hectares de terres agricoles, a été principalement motivée par le besoin d’alimenter en granulats le chantier du grand Paris. Ce chantier, qui rejoint la liste déjà longue des grands projets inutiles, absurdes et couteux, conduirait entre autres à sacrifier les meilleures terres agricoles d’Ile de France pour implanter de gigantesques centres commerciaux et de l’immobilier haut de gamme.

carrierelogo stopcarrière03

Signez la pétition, Préfecture de l’Allier : Moratoire sur la réouverture de la carrière d’Archignat – secure.avaaz.org

Or la décision prise par la préfecture de Moulins allait à l’encontre de l’avis explicitement défavorable des sept municipalités concernées ainsi que de la communauté decommunes. De plus, elle ne tenait curieusement compte ni de l’avis négatif de la Fédération Allier Nature sur le volet « transport des matériaux/pollution », ni du Schéma départemental des carrières, ni même de certaines des préconisations de la commission des carrières (1)… Enfin, elle revenait à rayer d’un trait de plume les avis de la population locale, presque tous défavorables et recueillis lors de l’enquête publique au printemps 2016 (2). Cerise sur le gâteau, la consultation du public accompagnant la demande de dérogation de destruction d’espèces protégées s’est déroulée en catimini, exclusivement sur internet, et sans aucune information préalable de quiconque, ni des associations, ni des municipalités concernées et encore moins de la population ! Or il se trouve que l’exploitation de cette carrière géante supposerait la destruction d’au moins sept espèces d’oiseaux, quatre espèces de reptiles et six espèces d’amphibiens dont le « sonneur à ventre jaune », un petit crapaud menacé d’extinction sur l’ensemble de la planète (3).
C’est dire que l’ensemble de la procédure s’apparente désormais à un véritable déni de démocratie alors même que cette décision préfectorale s’inscrit dans le contexte particulièrement discutable de la mise en œuvre du chantier du grand Paris.
C’est pourquoi nous exigeons de l’autorité administrative un moratoire immédiat sur les travaux de réouverture de cette carrière géante, le temps qu’une nouvelle consultation du public soit organisée sérieusement et que les arguments des habitants soient réellement pris en compte, de manière démocratique, à hauteur des enjeux et en toute indépendance et transparence. Nous demandons à toute personne qui se sentirait concernée par ce déni de démocratie de nous rejoindre dans la dignité de nos exigences.
*Le collectif, apolitique, regroupe des associations et des citoyens favorables au moratoire
Références
(1) commission des carrières (procès verbal de la séance du 11 octobre 2016)
(2) « Archignat Carrière Granulats Allier Orbello », comprenant l’étude d’impact, disponible sur http://www.allier.gouv.fr/ (dossier des enquêtes publiques : installations Classées pour la Protection de l’Environnement)
(3) « Participation du public – projet d’ouverture de carrière sur la commune d’Archignat », disponible sur http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *