Déclaration commune d’habitant.e.s de territoires en lutte face au sommet climat du 12 décembre à Paris

12dec

Le 12 décembre à Paris, à l’occasion du du second anniversaire de la COP 21, se tiendra un sommet international sur l’économie et la transition énergétique. Face à cette nouvelle opération de marketing vert, des habitant.e.s de territoires en lutte – de Bure à Roybon en passant par Notre Dame des Landes, des collines aveyronnaises, en passant par le plateau de Millevaches, à la ceinture maraîchère dijonnaise ou les côtes du finistère – se sont regroupé.e.s pour une déclaration commune. Il s’agit de rendre visible – avant, pendant et après le sommet – la manière dont le gouvernement Macron poursuit en réalité un ensemble de projets d’amènagement destructeurs et nuisibles. Cette déclaration met en avant la vitalité des résistances en cours face à ces projets mortifères et porte un calendrier commun tout au long du mois de décembre pour continuer à densifier ces luttes.

— – Urgence dans les territoires comme dans la rue !

Habitant.es de zones menacées ou à défendre, nous nous sommes réuni.es à plusieurs reprises pour décréter ensemble un mois d’urgence des luttes de territoire. En effet, le mois de décembre qui approche risque fort de recouvrir un sens particulier pour nous, à au moins deux titres.

Continuer la lecture de Déclaration commune d’habitant.e.s de territoires en lutte face au sommet climat du 12 décembre à Paris 

Jeudi 7 décembre : Conférences gesticulées – Chambon-sur-Voueize (23)

Conférences gesticulées

Tagada soin soin  par Elisabeth Fery 18h30

Les astuces de sioux d’une aide-soignante à l’hôpital du commerce Cette immersion dans la fonction publique hospitalière invite à découvrir le parcours d’une aide-soignante syndiquée qui, année après année, assiste à la dégradation des conditions de travail de l’assistance publique des hôpitaux de Paris.

Mes jolies colonies  par Djenab Sangaré 20h30

En nous livrant une autre histoire de la colonisation et de la décolonisation que celle livrée par nos manuels scolaires et nos cours d’histoire, cette conférence gesticulée vient interroger les effets actuels de notre histoire coloniale. Quelle est notre légitimité à nous sentir français-e aujourd’hui quant on s’appelle Fatoumata ou Mohamed ? Dans cette conférence, on parlera de culture, d’ethnocentrisme, de capitalisme… 

Au bistrot d’autrefois

Chambon-sur-Voueize

Jeudi 7 décembre – 18h30 et 20h30

Une conférence gesticulée, c’est entre le théâtre et la conférence. C’est de l’éducation populaire, une personne qui livre ce qu’elle sait, un savoir sociologique construit par les gens du peuple.

Durée : 1h15

Entrée (et sortie) : Prix libre

Samedi 09 Décembre : Conférence gesticulée « Le bon filon du terrorisme vert » – Gentioux

Conférence gesticulée par Julien Dupoux du collectif Stop Mines 23 :

Samedi 9 décembre à 15h à la Renouée.

entrée : Prix libre.

« Comment l’or mène au vice! Et comment des ploucs du fin fond de la Creuse peuvent-ils s’opposer à des gros industriels miniers ? Comment s’opposer à un projet de mine d’or mène à être considéré comme dangereux ? Ce sont à ces questions que répondra l’un des ploucs terroristes en question… »

La Renouée,
10 rue de la Fontaine,
23340 Gentioux
05 55 66 15 33
http://renouee.millevaches.net/WP/

promesses dd

SAMEDI 9 DÉCEMBRE RASSEMBLEMENT CONTRE LE PROJET D’USINE À PELLETS DE BUGEAT-VIAM

« ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
 DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT »

Dans le cadre d’un calendrier commun pour la convergence des territoires en lutte

Le samedi 9 décembre, le collectif biomasse critique organise un rassemblement contre le projet d’usine à pellets torréfiés de Bugeat-Viam. Cet événement a lieu dans le cadre d’une déclaration commune d’habitant.e.s et d’associations de différents territoires en lutte, qui ont décidé de manifester leur solidarité mutuelle et de se doter d’un calendrier commun à l’heure où le gouvernement prétend célébrer les deux ans des accords de Paris sur le climat. Plusieurs des signataires de cette déclaration seront présents sur le plateau à cette occasion, et de même, nous serons quelques-uns à nous déplacer pour l’une ou l’autre des dates annoncées.

Vu d’ici, ce que ces territoires ont en commun, c’est aussi ce que de  nombreux habitant.es de nos régions peuvent souvent ressentir, et parfois partager : ce sentiment diffus que ce monde est en permanence aménagé, contraint, orienté, organisé, régi, et abîmé, par des logiques qui leur passent au-dessus de la tête et se contrefichent de ceux qui les subissent au premier plan. Ce sentiment que ce monde n’appartient pas à ceux qui y vivent, mais à ceux qui l’aménagent et en disposent, bien assis dans leur autre monde, celui des immeubles de rapport, des bureaux d’études et des décisions assistées par ordinateur. Le monde de ceux qui décident pour tous les autres, fiers de leur mandat d’élu ou de leurs armées d’ingénieurs, pour qui les peuples ne sont que les occupants d’un espace sur lequel ils ont tous les droits. Pour qui ce n’est pas aux habitant.es de décider s’ils veulent ou non vivre au milieu de champs d’arbres que l’on suce jusqu’à la dernière souche, à proximité d’une mine de terres rares aux effluves nocives pour tout ce qui veut vivre, au pied d’éoliennes industrielles dont la production ira rejoindre le grand marché des énergies verdâtres et du crédit carbone.

Pourtant, ça gronde et ça fuit. Les oppositions aux projets d’aménagement sont plus nombreuses que tout ce que l’on peut recenser. La défiance se généralise, les premiers concernés se laissent de moins en moins faire, et se découvrent de plus en plus d’alliés, prêts à leur transmettre discrètement les informations qui leur manquent pour comprendre ce qui se passe dans les cénacles. Et pendant que les élus, les experts et les financiers affinent leurs plans de com’ et leurs promesses sur mesure, les gens du commun se rencontrent, s’informent, se retrouvent et s’organisent.
Le samedi 9 décembre, nous commencerons par nous retrouver autour d’ grand banquet en plein air, à l’orée des forêts et des collines du plateau : premier geste pour réchauffer les corps et les esprits, et considérer ce qui fait la convoitise des prédateurs industriels.  Nous y invitons tous ceux qui luttent contre la dépossession de leurs territoires et de leurs vies, et qui s’organisent pour reprendre prise sur ceux-ci, qu’ils viennent de contrées éloignées ou de la commune d’à côté. Nous continuerons par une promenade dans les forêts voisines. Nous partagerons ensuite les récits de nos vies et de nos luttes, à travers des prises de paroles, des ateliers, des projections video, et ce que tout le monde aura amené en partage. À la nuit tombante, nous nous réchaufferons encore autour d’une grande soupe. Et nous partirons enfin fêter nos retrouvailles en dansant, et en imaginant autour d’un verre les actions à venir après ce premier grand échauffement.

ON NE LAISSERA PAS PELER NOS TERRITOIRES !
RENDEZ-VOUS LE 9/12 À 11h30
DEVANT L’ENTRÉE DE LA GARE BOIS DE VIAM-BUGEAT
(le lieu exact du rendez-vous, situé sur un terrain privé, sera indiqué à partir de là)

contact : biomassecritique@riseup.net

———–

Le reportage de télé millevaches sur la question de l’usine à pellets est en ligne :
http://telemillevaches.net/…/une-usine-en-question-et-autre…


Mardi 21 novembre : Bure – Retour sur la lutte – Projection / Discussion en présence de chouettes-hiboux du bois Lejuc !

Il y a 25 ans, l’État a choisi le petit village de Bure dans la Meuse pour y enfouir les déchets nucléaires les plus dangereux. L’opposition n’a jamais cessée depuis : occupations de terres agricoles, installations dans les villages alentours, bataille juridique, manifestations, sabotages … Depuis plus d’un an des opposant.es occupent et habitent une forêt empêchant ainsi le début des travaux. 4 chouettes hiboux du Bois Lejuc font le tour de France pour parler de tout ça avec nous et plus encore !

Ce mardi 21 novembre à Aubusson, retour sur cette longue bataille en projection, discussion avec des chouettes-hiboux du bois Lejuc – à partir de 20h30 !

Entrée libre – un chapeau à dispo pour aider nos amis de Bure dans leur tournée d’info. Comme d’hab’ au Fabuleux pour ceux qui connaissent. Sinon : http://lefabuleuxdestin.e-monsite.com/pages/ou-sommes-nous.html

bure 21 novembre copie

Et pour aller plus loin, en savoir plus avant ou après, voir des photos, des vidéos, découvrir comment notre pays compte (mal) gérer les déchets nucléaires, bref vous renseigner sur une question majeure c’est sur le site des chouettes hiboux ici https://vmc.camp/2017/10/24/bure-se-deplace-chez-vous/

Les séismes provoqués par la géothermie profonde

Les forages profonds annoncés en Creuse, Allier et Puy de dôme seront ils sans conséquences comme l’affirme la compagnie minière TLS Géothermics ?

Un rapport sur les  impacts environnementaux de la géothermie profonde révèle l’intensité des « secousses » ressenties dans la région de Soultz-sous-Forêts, en Alsace, lors des forages et de la « stimulation hydraulique des roches » à des profondeurs allant de 3 à 5 km :

seisme soultz 4

Le rapport   « Impacts environnementaux et géothermie profonde sur le site de Soultz-sous-ForêtsGEIE – Exploitation Minière de la Chaleur » : pdf

La technique de géothermie « profonde », EGS  ou « non conventionelle » est particulière, car contrairement aux autres types de géothermie, elle a besoin de créer ou/et d’élargir un réseau de failles, à l’aide de la pression hydraulique : en retour, le sol se met à bouger …

formes_geothermie_v2_cbrgm_1 [1600x1200]

  Acideexploration-et-forage-3d-5

Continuer la lecture de Les séismes provoqués par la géothermie profonde 

Géothermie profonde : Nicolas Hulot accorde un permis minier en Creuse, Allier, Puy de Dôme

stimulation hydrauliqueLe 24 octobre 2017, les ministères de Nicolas Hulot et de Bruno Lemaire ont accordé un nouveau permis minier en Combrailles : un Permis Exclusif de Recherches de gîtes géothermiques à haute température  dit « permis de Combrailles-en-Marche » (Allier, Creuse et Puy-de-Dôme), à la société TLS Geothermics.

Rencontre avec ce permis minier du « troisième type ?! » : La géothermie profonde est une technique qui  capte l’énergie fossile des sources d’eau chaude en profondeur afin de produire de l’électricité ; Les forages peuvent atteindre 5000 mètres. Le permis de Combrailles-en-Marche », d’une superficie de 807 Km² environ dans les départements de l’Allier, la Creuse et du Puy-de-Dôme, est accordé pour une durée de 3 ans. Il concerne 63 communes et convoite en premier lieu les sources d’eau chaude des communes d’Evaux-les-bains et de Neris-les-bains.

_2_carte_au_100_000e_compressed [640x480]

31 communes dans la Creuse :   Auge, Bord-saint-Georges, Boussac, Boussac Bourg, Budelière, Chambonchard, Chambon -ur-Voueize, Charron, Evaux-les-Bains, Fontanieres, Gouzon, La-celle -sous-Gouzon, Lavaufranche, Lepaud, Leyrat, Lussat, Nouhant, Reterre, Rougnat, Saint-Julien-la -Genete, Saint Loup, Saint Pierre Le Bost, Saint sylvain Bas le Roc, Saint Sylvain-sous-Toulx, Sannat, Soumans ,Tardes, Toulx-Sainte-Croix, Trois Fonds, Verneiges, Viersat.

26 communes dans l’Allier : Archignat, Arpheuilles-Saint-Priest, Chamberat, Durdat-Larequille, Huriel, La Celle, La Chapelaude, La Petite Marche, Lamaids, Lavault-Sainte-Anne, Lignerolles, Marcillat-En-Combraille, Mazirat, Neris-Les-Bains, Premilhat, Quinssaines, Ronnet, Sainte-Therence, Saint-Fargeol, Saint-Genest, Saint-Marcel-En-Marcillat, Saint-Martinien, Saint-Sauvier, Terjat, Treignat, Villebret.

6 communes dans le Puy-de-Dôme : Ars-les-Favets, Bussières, Château-sur-Cher, Pionsat, Saint- Hilaire, Saint-Maurice-Près-Pionsat.

La consultation par voie électronique du ministère de l’écologie, qui a précédé l’accord de ce permis, était quasiment confidentielle : aucune commune n’a été prévenue, aucun habitant du territoire concerné n’a pu bénéficier d’une quelconque information sur ce projet.

Rappel de l’avis de stop mines 23 sur le PER Combrailles en Marche

1849414_5_a33e_infographie-du-site-pilote-de-geothermie_2137c754b777648afc45f977f63fa17c

LE DOSSIER DU PER COMBRAILLES EN MARCHE

Continuer la lecture de Géothermie profonde : Nicolas Hulot accorde un permis minier en Creuse, Allier, Puy de Dôme 

Vendredi 17 Novembre – Projection « Land Grabbing » – Guéret

Le 17 novembre à 20h30 au Sénéchal à Guéret

landgrabbing_poster_vorlnufig [640x480]Dans le cadre du Festival Alimenterre et du Festival des Solidarités,

Attac 23 en partenariat avec la Maison des Droits de l’Homme propose une discussion à la suite de la projection du documentaire « Land Grabbing » sur les conséquences de l’accaparement des terres dans les pays du sud, pour faire émerger les responsabilités et rechercher des moyens d’actions.

Avec les témoignages de Burkinabè et les interventions de Terre de Liens et de Patrick Monier, témoin au Tribunal International des Droits de la Nature à Bonn.

Land Grabbing :
Aujourd’hui, les terres arables sont devenues rares et précieuses. De plus en plus d’investisseurs cherchent à exploiter des terres pour produire des biocarburants, des céréales à exporter. La terre est devenue un investissement financier à part entière. Ce documentaire, réalisé par Kurt Langbein, illustre l’impact de divers projets d’agrobusiness qui accaparent les terres nourricières des populations locales, aussi bien en Afrique et en Asie qu’en Europe, et notamment en Roumanie.

Mardi 17 octobre – Conférence gesticulée – « Le bon filon du terrorisme vert »

Le bon filon du terrorisme vert

Par Julien Dupoux.

Comment des ploucs du fin fond de la Creuse peuvent-ils s’opposer à des gros industriels miniers ? Comment s’opposer à un projet de mine d’or mène à être considéré comme dangereux ? Ce sont à ces questions que répondra l’un des ploucs terroristes en question.

Entrée (et sortie) : Prix libre.

Mardi 17 octobre 2017 – 21h au « Bistrot d’autrefois »  –  Chambon-sur-Voueize